Amélie Nothomb, Ecrivain Graphomane

Ecrivain de langue française, Amélie Nothomb est un des écrivains les plus populaires de sa génération. A l’âge de 43 ans, elle a publié pas moins de 19 romans, fraction seulement de ce qu’elle écrit. Retour sur un phénomène littéraire international traduit dans 37 langues.

Biographie et bibliographie
Né à Kobe au Japon en 1967, Mlle. Nothomb vécut successivement au Japon, en Chine, aux Etats-Unis, en Asie du sud-est pour finalement découvrir à l’âge de 17 ans le pays dont elle porte la nationalité: la Belgique. Depuis 1992, Amélie publie un roman par an à l’automne. Sa popularité commença avec Hygiène de l’assassin, roman remarqué par la critique littéraire et se caractérisant par sa quasi-vacuité en matière de narration. Ce premier chef-d’œuvre marque le début d’une kyrielle romanesque inachevée. En 1999, Stupeur et tremblements marque les esprits et reçoit le Grand Prix du roman de l’Académie française. Son dernier roman en date narre l’obésité d’un soldat américain posté en Irak dans Une forme de vie (2010).

Un style et des thèmes
Amélie Nothomb écrit court dans l’ensemble (une centaine de pages) et dans le détail. Elle le confesse elle-même «je vais toujours vers plus de concision». Ses phrases sont brèves et pleines de sens. Une autre spécialité de Mlle Nothomb: le vocabulaire. Les amoureux de la langue française adoreront! Les mots d’Amélie sont mémorables.
Ses romans parfois autobiographiques recèlent de l’humour, du cynisme, du détachement et une analyse acérée de la nature humaine. Difficile de ne pas être absorbé par autant de sincérité et de fluidité.

Un rythme de vie particulier
Parmi les excentricités que l’auteur avouent, son insatiable plaisir à répondre aux missives de ses lecteurs. Malgré le franc succès dont elle jouit, Amélie tiendrait 2 000 correspondances avec ses admirateurs. Un travail herculéen! Mais cette œuvre tient davantage de la félicité confesse-t-elle: «Je suis avant tout épistolière».
Nothomb se lève à 4 heures du matin afin de se consacrer à 4 heures d’écriture quotidiennes, et ce sans exception depuis plus de 20 ans. Une torture nécessaire pour trouver l’inspiration qui lui permettrait de composer sa prose. Mais attention, tout n’est pas publiable; pour un roman annuel, Amélie affirme en écrire «3,7», soit 69 manuscrits à l’heure actuelle. Ceux-là sont toujours écrits à la main, dans des cahiers. Amélie se tient à l’écart des ordinateurs pour mieux s’imprégner des mots. Comble de génie, elle prétend ne jamais faire de rature; chaque phrase encrée a été perfectionnée mentalement.

[English]

You might also like: