Canada

Le français est une langue parlée dans tous les recoins du monde. Chaque région francophone possède ses propres expressions et a personnalisé la langue au cours de l’Histoire. Qu’en est-il du Canada, et plus particulièrement du Québec, la province canadienne où le français est la seule langue officielle ?

Commençons par un petit aperçu historique. Le Canada est découvert par l’explorateur français Jacques Cartier en 1534, et devient une colonie française sur le territoire de l’actuelle ville de Québec. Par la suite, une conquête britannique débutera, laissant le Québec seule région majoritairement francophone.

En tant que francophone française, je trouve un intérêt particulier dans le français québécois. Loin de trouver cette version de notre langue ridicule, je suis d’avis que les sonorités et expressions employées par nos amis canadiens sont, quoi que surprenantes et parfois incompréhensibles, empreintes d’un certain charme. Il faut cependant l’avouer, il est parfois difficile de se comprendre mutuellement tant j’ai l’impression que nous parlons par moment deux langues totalement différentes.

Beaucoup de gens en France prétendant que le français québécois n’est qu’une version parodique de ce que certains appellent « le vrai français », soit le français de France. Cependant, beaucoup ignorent que le français québécois puise sa source dans le français parisien des XVIIe et XVIIIe siècles. Toutefois, il n’est en aucun cas synonyme d’ « ancien français » ; comme toute autre langue, elle a évolué pour prendre ses propres marques et est particulièrement marquée par la présence d’anglicismes à cause de la proximité du Québec du monde anglo-saxon. Il s’agit donc bien d’une évolution parallèle : en aucun cas l’une au l’autre des versions de la langue n’est un « sous-français ».

Le français québécois est-il donc une langue totalement différente du français… français ? La base est sans conteste la même, mais il est vrai que ces deux variations de la langue ont chacune leur propre personnalité. Tout d’abord, l’accent varie énormément. Il est parfois difficile pour un Français de comprendre un Québécois, et j’imagine que l’inverse est également vrai. Quelques exemples de particularités phonétiques des francophones québécois :

– Les noms communs se terminant par « oir » sont souvent prononcés « oèr » (avoir : avoèr)
– Le son « a » en fin de mot est prononcé « â »
– Le son « è » quant à lui devient plutôt « a »
– Un vieux « t » ancestral persiste dans certaines expressions : il fait frette (il fait froid)
– « il » est souvent raccourci en « y » : Y est malade (Il est malade)

Une illustration ? Regardez cette vidéo de Gad Elmaleh imitant l’accent québécois :

Le français québécois est donc très différent du français de France (et nous adorons nous moquer l’un de l’autre !). La preuve avec ces expressions typiquement québécoises :

Français québécois Français de France
La pâte à dents Le dentifrice
Un aiguisoir Un taille-crayon
Un barbier Un coiffeur
Un bécyque Une bicyclette
Des barniques Des lunettes
Une calotte Une casquette
Des flots Des enfants
Barrer la porte Fermer la porte à clef
Chauffer Conduire un véhicule
Crouser Faire la cour
Partir le char Démarrer la voiture

La liste est longue… Et prouve effectivement que le français québécois possède définitivement sa propre personnalité, malheureusement pour les Français qui restent souvent pantois devant de telles différences…

[English]

You might also like:

1 thought on “Canada”

  1. Vous avez bien raison sur plusieurs points. Cependant il faut remarquer que les québécois, ayant reçu une éducation assez avancée, parlent le français des livres ( sans l’accent parisien évidemment). Cela me fait un peu rire lorsque les français nous visitent et prétendent ne pas me comprendre. Je n’ai qu’à rouler mon “r” et à accentuer mon “en” pour atteindre leur niveau. Un drapeau québécois aurait donné beaucoup de chaleur à votre article. Nous sommes bien fiers de la fleur-de-lys qui l’adorne. Mais aussi bien fiers de nos différences, et de notre patois pittoresque. Merci pour votre attention.

Comments are closed.