La vie en France : Optimisation du temps de non-travail

Si l’on doit la « dolce vita » aux Italiens, les Français on bel et bien réussi à intégrer et maximaliser le concept dans leur quotidien. Parmi les nombreux accomplissements pour lesquels les Français sont célèbres, la quantité abondante de congés est une des plus connues.

Un désert de deux semaines

Paris, du 1er au 15 août. Nul besoin de partir à l’étranger, vous n’y trouverez que cela dans la ville lumière. Le nombre de touristes est en cette période sans aucun doute bien supérieur au nombre de Parisiens. Lors de ces deux semaines, l’ensemble habitants de la capitale et ses alentours sont à la découverte du monde extérieur car depuis les années 30 et l’introduction des congés payés, les Français ont la joie de connaître de plus en plus de jours de repos. Ainsi quelque 5 millions de Parisiens se précipite sur les autoroutes en direction de la (tristement) célèbre Côte d’Azur. Les plus aventureux d’entre eux opteront pour l’Espagne : lieu de vacances bon marché, soleil garanti, alcool et tabac à prix cassés.

Les Français chérissent leurs vacances et c’est tant mieux : ils ont plus d’une opportunité ! En théorie, cinq semaines de congés payés pas an, ce qui est plus ou moins la norme en Europe : il en va de même en Finlande, en Autriche, en Grèce et au Danemark, 22 jours pour l’Espagne et le Portugal, tandis que les Belges, les Italiens, les Irlandais, les Anglais et les Hollandais en ont quatre semaines. Comparés aux Etats-Unis, au Japon ou à l’Argentine où moins de deux semaines sont accordées, les Européens sont clairement gâtés !

La touche française


En plus des 25 jours de congés (cinq semaines), les Français bénéficient également de 11 jours fériés. Mis bout à bout, on atteint près de sept semaines ! A cela s’ajoute les “RTT” (Réduction de Temps de Travail). Lorsque la semaine de travail est passée de 39 à 35 heures au début du millénaire, la plupart des entreprises ont opté pour le système des RTT plutôt que de restructurer leur organisation. Dans la pratique, cela signifie que les employés continuent à travailler 39 heures par semaine, tout en recevant, en compensation, des jours de vacances supplémentaires pour leurs heures supplémentaires.

Enfin, il faut savoir que certains secteurs ont une semaine de plus par an, entre autres la fonction publique et la restauration.

En posant ses jours de manière stratégique, il est donc possible de travailler quasiment à peine six mois par an. C’est juste le temps qu’il faut pour déambuler dans les rues de Paris avec ses collègues et profiter du beau temps lors de cette passion nationale connue sous le nom de « grèves ».
Toujours pas sûr de pouvoir vous reposer suffisamment avec tout ça ? Vous oubliez qu’il y a toujours moyen de se faire porter pâle de temps à autre, le tout est de trouver le bon médecin pour cela !

[English]

You might also like:

1 thought on “La vie en France : Optimisation du temps de non-travail”

  1. Bonjour,
    Le Kouin-Amann réjouit les papilles les plus difficiles : il faut déguster ce gateau breton au moins une fois dans sa vie !
    Les grèves sont moins digestent, et beaucoup plus de Français en patissent qu’ils ne défilent dans les rues !
    A quand le dialogue dans les entreprises françaises ?
    Le profit a pris le pas sur le bien-être humain : d’où une autre spécialité française, la consommation d’antidépresseurs…
    Cordialement
    Marie-Françoise

Comments are closed.