Sports extrêmes en France et en Belgique

[English]

Le sport est l’espéranto des races. [Jean Giraudoux] Écrivain français 1882-1944

J’étais résigné à écrire un article soporifique encyclopédique sur les sports les plus populaires en France et en Belgique. Football, tennis, cyclisme, basket… Ennuyeux au possible tant pour moi que pour mes lecteurs adorés.

“Sports?” J’efface donc mon premier somnifère article et remet le couvert: place aux sports extrêmes! Ou plutôt, aux extrêmes du sport… Du plus ennuyeux au plus génial!

Le flop

Le “sport” régional par excellence en “Belle Gique” est un mélange de tennis, cricket et troisième mi-temps: la balle pelote. Sur un terrain de 72 mètres de long, deux équipes de 5 joueurs se lancent mutuellement à la figure une petite balle de 50 grammes (pelote): c’est tout ce que j’ai retenu des règles du jeu. J’ai ensuite essayé d’éclairer ma lanterne en regardant sur Youtube: une part importante du jeu semble être de se promener sur le terrain de long en large, de prendre beaucoup d’élan et de regarder le ciel ; il faut reconnaitre que rattraper une balle de 5 cm de diamètre lancée à quelques dizaines de mètres/secondes est un sacré challenge. L’article parle d’un grand nombre de balles perdues, mais quand on qu’il est également vital de s’hydrater tout au long du jeu (et pas que de l’eau), on explique mieux la toute relative précision des tirs. Avec la colombophilie, c’est le sport régional par excellence.

(si vous ne comprenez rien, ne vous inquiétez pas, moi non plus).

Son pendant français s’appelle la balle au tambourin ; joué presque exclusivement dans l’Hérault, en deux équipes de cinq joueurs, ça m’a tout l’air de ressembler à la balle pelote. Au lieu de frapper la balle avec un gant, on utilise un tambourin.

Le top

Le film Yamakasi a contribué à susciter des vocations dans ce sport urbain. Dans ce film écrit par Luc Besson, sept jeunes de banlieue pratiquent un nouveau sport mêlant l’escalade, le saut en longueur et la course à pied: le parkour. Leur particularité ? Leurs parcours est en pleine ville, de terrasse en terrasse, surfant sur les toits et sautant d’une dalle de béton à une rambarde de sécurité. Le tout enrobé d’une philosophie de développement personnel. La discipline connait une grande médiatisation par les vidéos amateur du net.

(2 minutes 37 qui vous feront regarder la ville d’un autre oeil)

Pour finir, un sport méconu mais à forte teneur en génialitude: le bossaball. Vous prenez du beachvolley (qui est déjà dans les sports les plus jouissifs à regarder), ajoutez-y deux trampolines et des joueurs de samba… Votre génialomètre vient d’exploser ? Normal, un tel condensé de fun est rarement rencontré. Beachvolley + trampoline + musique = je vous laisse déguster en video!

Je ne dis pas que ce sport est pratiqué tous les jours en Belgique, mais au moins vous saurez où ça a été inventé (c-à-d pas au Brésil!).

Pour ceux que ça intéresse, les sports les plus populaires en Belgique sont le tennis, le cyclisme et le football. Pour la France, ajoutez le rugby et le handball, où les Bleus sont assez forts. Voilà.

You might also like:

1 thought on “Sports extrêmes en France et en Belgique”

  1. Pingback: Extreme sports in France and Belgium - Lexiophiles

Comments are closed.