Une question pas évidente

Comme mon père est français et ma mère anglaise, et que j’ai grandi avec deux langues et deux cultures, on me demande souvent si je me sens française ou anglaise. Le problème, c’est que la réponse à cette question n’a rien d’évident. J’imagine que toute personne qui est le produit de deux cultures ou de deux nationalités a le sentiment qu’elle n’appartient jamais complètement à l’une ou à l’autre.

Pour ma part, j’ai grandi en France, donc je devrais probablement me sentir française. Mais ce n’est pas si simple! Quand j’étais petite, ma mère me chantait des chansons en anglais, je regardais des dessins animés anglais et on parlait anglais à la maison. C’est pourquoi maintenant, arrivée à l’âge adulte, quand mes amis évoquent leurs souvenirs d’enfance, ce qu’ils regardaient à la télévision ou les chansons dont ils se souviennent, nous n’avons pas beaucoup de références en commun.

Inversement, comme j’ai passé les sept dernières années en France, je ne sais pas vraiment ce qui se passe en Angleterre. Je lis la presse international et connais les grandes lignes de l’actualité, mais je serais incapable de dire quels sont les sujet de conversation des Anglais quand ils sortent boire un verre – je n’ai pas vu les dernières émissions de télé, je ne connais pas leurs stars du moment (à part celles dont on entend parler en France)…

Cela dit, l’identité est quelque chose de bien plus large que la télévision. Mais vous pensez sûrement comme moi que l’on a besoin d’être en empathie avec les gens pour sentir que l’on appartient à leur culture. C’est pour cela que je trouve compliquée la question de savoir si je me sens plus anglaise ou française. Ma façon d’y répondre est de m’adapter aux personnes avec qui je suis – naturellement, je me sentirai plus anglaise si je suis avec des Anglais, et plus française si je suis en France.

Pour les langues, c’est la même chose – je pense et je rêve en français quand je suis en France, mais mon cerveau passé à l’anglais quand je suis en Angleterre ou avec des Anglais. En général, cela se passe naturellement, sans effort de ma part. Mais il y a des moments où je ne sais plus si j’ai lu un livre en français ou en anglais, et il m’arrive de confondre des expressions idiomatiques françaises et anglaises.

Honnêtement, j’apprécie d’avoir la double nationalité. Le fait de parler anglais m’a aidée à avoir de bonnes notes à l’école. Mais au-delà de ça, je pense que c’est pour cela que je suis si intéressée par les cultures en général – j’aime beaucoup découvrir comment les gens vivent, comment ils s’habillent, ce qu’ils mangent, comment ils font la fête… dans différents pays. Je pense que cela vient du fait que l’on fait les choses différemment de chaque côté de ma famille.

Par conséquent, je ne sais pas si j’ai vraiment envie de savoir répondre quand on me demande si je me sens plus française ou anglaise. J’aime bien ne pas savoir où se situe la limite entre mon côté français et mon côté anglais. Par contre, je suis sûre d’une chose, c’est que j’ai besoin des deux.

[English]

You might also like: